Comment s’empiffrer en toute impunité

Mesdames et Messieurs, est-ce que cela vous dirait de manger du Nutella (ou en l’occurrence un truc qui y ressemble) sans ressentir la moindre once de culpabilité ? Si à la place du produit de tous les démons, existait un équivalent à la fois meilleur pour votre santé et pour la planète ? Je vous montre en images ce que veut dire la culture d’huile de palme et surtout je vous présente son alternative : la recette ultime de la pâte à tartiner maison.

Le cas de l’huile de palme

Si l’huile de palme n’a pas que des défauts, car il faut bien lui avouer quelques qualités, c’est surtout sa production massive qui est à remettre en cause. Elle est très prisée des industriels de l’agro-alimentaire et de la cosmétique, car très rentable à produire – un arbre peut donner environ 40 kg d’huile chaque année. Le problème c’est qu’il n’y a bien que financièrement parlant qu’elle est peu chère, car il y a tout de même un prix à payer : celui de la déforestation massive.

Dernièrement, la marque Nutella a fait une campagne de sensibilisation pour faire valoir que son huile était faite sans déforestation (facile maintenant que tout a déjà été rasé) et dans le respect des droits humains. Même si cela me parait insuffisant car il faudrait mieux y replanter de vraies forêts, on peut tout de même y voir une bonne nouvelle. Cela signifie que l’industriel à entendu le message : les consommateurs veulent des produits durables.

Aujourd’hui, c’est encore en Indonésie et en Malaisie que les dommages sont les plus élevés, d’où proviennent 80% de l’huile de palme mondiale. Cela représenterait 12 millions d’hectares de terre. S’il n’est pas aisé de se représenter exactement ce que signifie une telle superficie, il est facile d’imaginer qu’il aura fallu détruire une sacré paquet d’écosystèmes pour faire place à tous ces palmiers.
C’est pour cela que l’on accuse souvent ce produit d’être responsable de nuire aux ourans-outangs. En effet on rase leurs lieux d’habitation, là où ils vivent, mangent et se reproduisent. Imaginez que l’on rase votre ville entière, sauf que pas moyen de déménager car les villes environnantes ont déjà été remplacées par des palmiers. Dommage pour vous.
Et ils ne sont malheureusement qu’une des nombreuses espèces concernées parmi une large faune et flore.

Voici une vidéo que j’ai filmé au Costa Rica – ce pays a désormais une politique de protection exemplaire, voir l’article à ce sujet – mais les erreurs du passé ont laissé leurs traces :

L’aspect santé

Je ne vais pas m’étaler trop là-dessus, laissons cela à la pâte à tartiner (m’étaler, la pâte, vous avez compris ? Désolée, j’étais obligée). Je pense que cela ne sera une découverte pour personne : le Nutella n’est pas vraiment l’ami du nutritionniste. Voici sa composition en image :

Pas besoin d’être un spécialiste pour se rendre compte que 50% de sucre blanc c’est méga indécent. Ah, juste pour info, c’est en mélangeant ce dernier à des matières grasses – comme disons de l’huile de palme – que les effets sont les pires. Si vous souhaitez faire grimper en flèche votre cholestérol, ne vous privez surtout pas.

La recette de pâte à tartiner maison

Les ingrédients

Voici ce dont vous aurez besoin :

  • 4 c.à.s d’huile végétale neutre – ici on a utilisé de l’huile de tournesol.
  • 16 c.à.s de lait végétal – ici il s’agit de l’ait d’amande, qui a l’avantage d’être peu calorique. Pour un résultat plus sucré et en accentuer le goût on peut prendre du lait de noisette à la place.
  • 4 c.à.s d’agave – avec son pouvoir très sucrant, il a l’avantage d’avoir un indice glycémique très bas.
  • 4 c.à.s de poudre de caroube – ce petit ingrédient magique donne un goût qui rappelle celui du chocolat au lait et a de nombreux bienfaits, dont celui de favoriser le bon équilibre du système digestif. Pour un goût chocolat noir, remplacer par du cacao en poudre.
  • 3 c.à.s de pralin (c’est le truc rose chelou sur la photo ci-dessus)
  • 400 g. de noisettes

Niveau diététique on voit donc que cela n’a rien à voir avec la recette industrielle. On a certes toujours du gras et de l’huile, mais en bien moins grande quantité et avec un indice glycémique plus bas. On a surtout beaucoup de noisettes, qui consommées raisonnablement apportent pleins de bons nutriments.

Variante :
Pour les flemmards et/ou une texture plus onctueuse : utiliser de la purée de noisette au lieu des noisettes entières.
La texture peut également être ajustée en jouant sur la quantité de liquide : ajouter plus de lait végétale et éventuellement d’huile pour un résultat moins pâteux que le mien. La qualité de votre mixeur va également changer la donne de ce côté-là.

Le petit plus pour les plus courageux :
Vous pouvez également faire votre propre pralin.
Pour cela faire caraméliser, c’est-à-dire revenir à la poele avec du beurre, 3 c.a.s d’amandes en poudre et 3 c.à.s de sucre. Puis laisser refroidir avant d’utiliser.

Le petit moins pour les moins courageux et/ou plus raisonnables :
Se passer de pralin tout court, ce qui donnera un résultat final moins sucré.

Le truc pour les plus pressés :
Acheter de la pâte à tartiner en magasin bio en ayant bien lu l’étiquette au préalable. Vérifier qu’il n’y a pas de l’huile de palme bien sûr et si possible il doit y avoir une quantité plus importante de noisettes que de sucre – c’est-à-dire que la noisette doit être écrite avant dans la liste des ingrédients.

Réalisation :

1. Réduire les noisettes en poudre.

2. Réduire le prâlin en poudre également et mélanger.

3. Ajouter tout le reste et mélanger. On peut passer un coup de mixeur si besoin. Ne pas hésiter à ajuster la quantité de liquides en fonction de la texture désirée.

4.Mettre dans un bocal, de préférence stérilisé (je les lave à l’eau bouillante pour cela).

5. Déguster. 🙂
Comme cette recette ne contient aucun conservateur, il convient de la consommer assez rapidement (en général c’est la partie facile) – je ne saurais pas dire exactement combien de temps cela peut tenir, chez nous elle ne fait pas long feu. En cas de doute, la mettre au frigo pour rallonger la durée de vie.

Si cet article vous a plu, partagez-le sur les réseaux sociaux !

  1. Leila a laissé un commentaire sur 14 juin 2018 at 10 h 58 min

    Hmmmm, ça à l’air délicieux.
    Merci pour la recette !!
    Peut-on à la place de la poudre d’amande utiliser le reste d’amandes qu’on obtient après avoir fait du lait végétal (après l’avoir fait séché) ?
    Merci pour votre réponse !

    • Aude a laissé un commentaire sur 14 juin 2018 at 13 h 10 min

      Ah, oui, c’est une excellente idée ça ! Bien les moudre et ce sera très bien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Nous pouvons utiliser des cookies essentiels pour authentifier les utilisateurs et empêcher l'utilisation frauduleuse des comptes d'utilisateurs.

240plan, 240planBAK, wwsgd_visits

Marketing

Nous utilisons des cookies aux fins suivantes :
- permettre un meilleur échange entre vous et nous, et vous offrir une expérience qui correspond à vos attentes sur notre site ;
- pour activer certaines fonctions du Service.

8g2y6zglsdmx3cuz,5859143_viewed_1, addevent_track_cookie, cf:aff_sub, cf:affiliate_id, uniq-nodo-22188606, _hjIncludedInSample, cf:MjIxODg2MDY

Analytics

Other