Je n’aurais peut-être pas du faire ça :-/

Bonsoir,

Je t’avoue que j’ai eu un peu de scrupules,
après avoir posté le message de ce matin.

J’adore le programme Petit Bambou,
ce n’est pas ça le problème.

Mais je suis un peu gênée de t’avoir conseillée une énième application,
alors que j’ai terriblement conscience, 
d’à quel point l’omniprésence de nos téléphones portables
nuit à nos vies

Les smartphones, vraiment c’est génial.
Le fait d’y trouver ce type d’outil n’en est qu’un exemple,
parmi toutes les opportunités qu’ils offrent.

Et en même temps, 
on y est devenu tellement accro que cela en devient fâcheux.

Comment te sentirais-tu si je te disais 
que tu vas passer les deux prochains jours SANS ton téléphone ?
Ou ne serait-ce que sans connexion internet ?

Est-ce que tu serais stressée ? Paniquée ? Inquiète ?
Est-ce que tu commencerais à faire la liste de tout ce qui te manquerait ?

Ou peut-être au contraire te sentirais-tu soulagée ?

Parce que cela voudrait également dire :
deux jours sans notification,
deux jours sans appel,
deux jours avec aucune possibilité de consulter
tes mails personnels, mais aussi professionnels. 

Pendant 48h tu serais tranquille.
Le monde serait obligé de continuer à tourner sans toi,
sans aucune responsabilité sur tes épaules.

Si tu as des difficultés à te concentrer sur le moment présent,
ou à te concentrer tout court d’ailleurs,
ton joujou favori y est sûrement pour quelque chose.

Le smartphone,
c’est la représentation ultime du multitasking.

Il nous oblige à faire plusieurs choses à la fois :
non seulement nous sommes en permanence interrompues
par les notifications,
mais en plus il entretien la procrastination.

On perd des heures sur les réseaux sociaux 
ou notre boite mail,
à faire des petits jeux,
au lieu de rester présente à la priorité du moment.

On est tellement accro qu’on passe son temps à aller le consulter.

Et une part de notre attention lui est toujours consacrée,
attentive en permanence à un éventuel appel ou texto.

Selon une étude du ISNR
(International Society for Neurofeedback & Research)
au plus on utilise un smartphone,
au plus les chances sont hautes de connaître 
de la dépression, de l’isolation ou encore de l’anxiété

Et on pourrait étendre ce problème
à Internet et même aux écrans de manière plus générale. 

Pas étonnant qu’avec tout cela
nous ayons plus de mal à gérer notre stress…

Et justement, dans l’annonce de demain,
je te donnerai un moyen de résoudre cela.

Je te dis donc à demain !
Aude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Nous pouvons utiliser des cookies essentiels pour authentifier les utilisateurs et empêcher l'utilisation frauduleuse des comptes d'utilisateurs.

240plan, 240planBAK, wwsgd_visits

Marketing

Nous utilisons des cookies aux fins suivantes :
- permettre un meilleur échange entre vous et nous, et vous offrir une expérience qui correspond à vos attentes sur notre site ;
- pour activer certaines fonctions du Service.

8g2y6zglsdmx3cuz,5859143_viewed_1, addevent_track_cookie, cf:aff_sub, cf:affiliate_id, uniq-nodo-22188606, _hjIncludedInSample, cf:MjIxODg2MDY

Analytics

Other